jeudi 25 septembre 2008

Comment faire ?

Comment faire pour remplacer (en partie) les trois bordées supérieures ?

r_parations_pont_arri_re_003.jpg

Comment faire pour remplacer la totalité (6) des membrures : je ne sais pas ployer le bois ni l'étuver... En CPM ou CPx lamélé collé (epoxy) peut-être, rivetées aux bordées en rivets de cuivres comme le reste des clins ?

Korrigan_au_Grand_Cro_ton_031.jpg

Comment fait-on soi-même un pont en teck (du style de...) comme celui-ci par exemple :

Navigation_aout_08_046.jpg

C'est à peu de choses près le code couleur que je choisirai pour Korrigan.

Peut-on ajouter un bout dehors à ce genre de voilier pour le rapprocher un peu du style Folk Baot et enrichir son esthétique ?

Navigation_aout_08_048.jpg

Cependant tout cela sans votre aide restera un rêve pour Korrigan et son navigateur de restaurateur car ces travaux dépassent grandement ses compétences ... Donnez moi vos idées, vos conseils à propos des matériaux, des outils, des façons de procéder ? Merci.

mercredi 24 septembre 2008

Décapité

Korrigan ne semble pas souffrir alors que nous sommes déjà passés à l'action pour retirer le pont supérieur, et les deux ponts arrières.

Korrigan_au_Grand_Cro_ton_034.jpg

Plusieurs traverses de bois étaient mangées ou pourries je les ais donc remplacées.

r_parations_pont_arri_re_001.jpg

r_parations_pont_arri_re_002.jpg

La suite au prochain N° ... Je Cherche du bois pas cher ou même gratuit !!!

mardi 23 septembre 2008

Une Belle Envolée !

Korrigan_au_Grand_Cro_ton_010.jpg

L'été indien qui sévissait chez nous en septembre avait permit à Korrigan de se faire sécher les fibres et d'alléger quelque peu son poids. Nous avions estimé à 650 Kg sa masse désarmée. Elle se révéla inférieure à cela. Probablement autour de 500 kg. Quelques amis forts et avisés permirent d'installer Korrigan à l'abri, au chaud, sur un lit douillet de vieux pneux. La grange de la ferme commençait à ressembler à un vrai chantier naval.

Korrigan_au_Grand_Cro_ton_020.jpg

Perplexes, les amis chevronnés, les experts et les bavards de tous bords ne croyaient pas en une remise à flot possible, en une résurrection prochaine. Narquois, l'on disait dans sa barbe : "jamais il ne reverra la mer!" , "à quoi bon" ou encore : "il faudrait dépenser une fortune !" Korrigan ne disait mot. Le navigateur restait muet.

Korrigan_au_Grand_Cro_ton_028.jpg

Korrigan_au_Grand_Cro_ton_030.jpg

vendredi 19 septembre 2008

Drôle de Maison

Le navigateur habitait une drôle de maison au bord de la rivière, loin des flots bleus. C'est pourtant là qu'il emmena la vieille carcasse de Korrigan pour panser ses plaies...

Aout_08_005.jpg

le grand architecte avait donné des conseils que le navigateur conservait comme de précieuses instructions pour la restauration de toutes les membrures, la réparation des 4 bordées éventrées, le changement d'une partie du massif d'étambot peut-être ... le sablage de la quille longue, la réfection complète des ponts, des capots et des arrangements intérieurs... Il y en aurait à l'évidence pour toute l'année à raison de plusieurs journées de 4 heures de travail par semaine.

Aout_08_007.jpg

Cependant pour le moment le navigateur devait s'instruire en lisant les livres de la Sagesse, les ouvrages des connaisseurs de la nature même des oeuvres vives des Êtres navigants par tous les temps...

Il avait aussi rassemblé tout le vieil accastillage. Et c'était déjà une grosse opération !

Photo015.jpg Photo007.jpg

La Décision

Photos-0008.jpg

Le grand architecte de la presqu'île et le navigateur se mirent d'accord tous les deux. Un pacte de courage et d'amitié, un pacte de sauvetage devait être conclu.

Le grand architecte offrait Korrigan au navigateur qui s'engageait à le remettre à Flot

Depuis 1969... Il avait bien navigué... contenté tous ses amis... rendu tous les services possible. Mais cette année avait été celle de la Désespérance, du découragement face à la montée des ronces, face à l'assaut de l'engin jaune, face au jeu débile les lutins voisins et du déssèchement progressif de son âme.

Une toute petit lueur se faisiat jour néanmoins.

Chargé pour 250 Km...

le Songe est complice de la divine Providence

Existait un drôle de navigateur, passionné par les flots impétueux et les couleurs du ciel. Il chevauchait l'écume en hiver au large des poulains ou rasant les réchaux... Il aimait à embarquer nombre d'amis, ou bien voyager seul.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Depuis des lustres il envisageait de construire ou de rénover un petit voilier en bois. Cela aurait pu être le Beluga de Bonpapa Plan Dervin 5m, 1938 à rebâtir entièrement... Ou bien profiter d'une opportunité que le Ciel offrirait par Pure Providence ! Qui sait ?

1 Patagon double la Reine Mère !

Depuis qu'il avait lu Jean Raspail, il rêvait plus que de coutûme à prendre d'assaut les Minquiers, à rejoindre la terre de Feu ou fédérer autour d'un projet unique en son genre les passionnés de mer et de canote qui voulaient faire quelque choses de leur dix doigts. Il revint visiter Korrigan et caressa sa pauvre carène, mis le nez dans son carré décharné, pris ses côtes en nombre de pas, de pouces et d'avant bras... et se mit à penser à des lieux propices pour accueillir le pauvre hère !

Il Gîsait là au sec, bien triste et solitaire !

Il gisait là comme à la dérive depuis une interminable succession de saisons sans âmes. Il était couché sur son flanc babord, Korrigan. Ni la mer vivante et fraîche, ni même le sable ou la vase ne venaient plus lécher sa pauvre carcasse. Décoiffé, désossé, mis à nu, il était devenu le terrain de jeu favori des lutins voisins. Ils avaient joué au creux de ses entrailles laissant ouverts et son roof et son capot avant où s'étaient engouffrées la tempête d'hiver et les pluies froides d'automne et de printemps. Le grand architecte naval de la presqu'île lui même ne savait plus comment sauver son ami rescapé deux fois déjà. Bientôt un gros engin jaune fauchait tout près de Lui et le fit valser plus loin presque dans un fossé. Trois côtes cassées, ou trois bordées devrais-je dire. Le reste de sa peau craquelée par le soleil implaccable, laissait voire le jour ! Ses membrures pour la plupart avaient pourri dans les eaux stagnantes des pluies tièdes d'été.

Photos-0007.jpg



C'en était fini certainement. Il faudrait bientôt l'oublier dans les ronces grimpantes, au millieux des entrepôts de la presqu'île... Il faudrait bientôt oublier Korrigan

Photos-0009.jpg

page 3 de 3 -